10 mars 2018 ~ 0 Commentaire

de l’amour, toujours plus d’amour.

nb: ne reviens pas après cela, je t’en prie.

(https://www.youtube.com/watch?v=jRjSG0eTMEY)

Tu auras bercé mes maux durant trois mois, j’aurai voulu te bercer autant que toi tu l’as fait. J’aurais voulu te montrer que rien n’est mieux que d’être au creux des bras de son amant. Mais je n’ai pas su te donner la force d’aller voir plus loin ta main liée à la mienne. Il n’y avait que ça, deux corps qui se collent et qui s’épuisent jusqu’à leur dernières forces pour montrer à l’autre combien il l’aime. Le son de ma musique est cassé tout comme la mécanique de mon cœur. Je te regarde partir sans avoir la force de te retenir, tu étais trop bon pour moi. Es-tu satisfait de ce que tu as eu de moi durant trois mois? As-tu l’impression d’avoir perdu ton temps à regarder mes faits et à entendre mes paroles? Qu’est ce que tu auras retenu de bon de tout cela?

Je retiens, des allées venues au bar à prendre un café, ou encore un gin fizz, ou même un chocolat chaud quand je ne suis pas en forme et que tu me suis presque tout le temps. Je retiens, des sourires glacés par le froid mais tellement chauds d’amour. Je retiens, nos cigarettes allumées entre deux sourires et l’attente de l’autre avant de la savourer.  Je retiens les nuits où tu m’as consolée quand ça n’allait pas, les nuits où nous nous sommes épuisés d’amour réchauffé. Les matins café au lait, les nuits douces de tes doigts qui glissent sur ma peau pour la faire frissonner.

Je retiens, le bonheur qui faisait exploser mon cœur quand tu me serrais dans tes bras, quand tes lèvres se collaient contre mes joues pour esquisser un sourire béat sur mes lèvres. Je retiens, quand tu étais prêt à t’asseoir près de moi quand ça n’allait pas. Je retiens, quand tu restais près de moi quand je faisais l’ascenseur émotionnel pour un piercing. Je retiens les matins jus d’orange après une nuit trop arrosée. Je retiens un nombre incalculable de choses concernant ces trois derniers mois merveilleux.

Je pense que je n’ai jamais autant adoré aimer quelqu’un comme je t’ai aimé. Mais parfois trop aimer une personne mène à l’échec. Je crois que c’est ce qu’il s’est produit, la haine de te vouloir que pour moi m’a conduise à ta perte. Il faut que tu retiennes juste ça, tu as été mon amour de toujours, tu as été mon amant parfait, tu as été la sauvagerie recherchée dans mes chaleurs nocturnes. J’aurai aimé que tu le sois une dernière fois avant notre fin définitive, mais nous ne pouvons pas toujours avoir ce que nous voulons n’est-ce pas? J’aurai voulu ta violence amoureuse une dernière fois, j’aurai voulu sentir ton souffle transcender ma peau une dernière fois, j’aurai voulu sentir ta mâchoire se contracter au contact de la peau de mon cou, et avoir un souvenir de toi sur celui-ci le lendemain.

Je retiens ton amour irréprochable à mon égard et ma confiance trop manquante pour toi.

Ne retiens que le meilleur je t’en prie.

Merci.

Et que le bonheur te soi incommensurable.

 

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

DON JUAN |
La voix de la vie |
Lamanmarie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | The Love Of Write
| Alacouleurdemessentiments
| L'univers étrange de Ve